guerre civile

Dans la peau d’un gilet jaune

Quelle est la part de raison dans ce marasme? Quelle est la part de passion dans ce sarcasme? Qui fait le vide, qui fait le plein à travers les spasmes des gilets jaunes ? Nul ne saurait le dire, sans se dédire ou se contredire. Parce que le rationnel et l'irrationnel sont tellement emmêlés que plus personne ne peut s'en mêler, parier sur leur succès ou leur insuccès.   Les exaspérés ne veulent ni coopérer, ni être récupérés... Ils en veulent au système au point de ne plus savoir ce qu'ils veulent. Leur motif ne coïncide plus avec leur mobile.

La Révolution Jaune

Si vile, si incivile... la guerre dite civile provoquée par le péril noir des gilets jaunes, des gens indociles avec lesquels il n'y a point de deal possible. Parce que leur mal est indélébile. Les gilets jaunes ne sont visibles que pour rendre toute espèce de récupération risible et toute allégeance nuisible.

Appel urgent adressé aux Congolais, par Denis Mukwege

Source : , 30-06-2017

«Nous vivons dans notre pays comme des étrangers» – la fête de l’Indépendance de la République démocratique du Congo est commémorée sous la menace d’une guerre civile

Discours de Denis Mukwege à l’occasion de la 57e fête de l’Indépendance du 30 juin 2017 à Kinshasa*

Aux larmes !

 
Aux larmes ! Aux larmes ! Je les ai entendues crier, hurler, puis pleurer Toutes les larmes de leurs corps... Aux larmes ! Aux larmes ! Ce fut plutôt étrange comme cri d'alarme À l'encontre de la prolifération des armes De la violence armée, de l'arme de la violence De nos cités instruites ou construites autour d'une publicité qui nous vend ou nous vante l'idée d'une adversité. Un affrontement présumé réel entre communautés

Les méthodes de l’Empire

Exemples du Guatemala, du Nicaragua et du Salvador

Les USA sont le plus gros consommateur des mots « liberté » et « démocratie ». C’est sans doute pourquoi il ne leur en reste plus pour les exporter avec le mode opératoire ad hoc. Les peuples doivent se contenter de l’importation (imposée) d’ersatz couleur rouge sang.

La bourse ou la mort

En mai 2013, le meurtre d’un militaire à l’orée d’une banlieue de Londres, touchée par la misère sociale, provoqua des tensions raciales. Elles entraînèrent plusieurs quartiers au bord de la guerre civile. Ce fut le point d’orgue d’une situation conflictuelle larvée depuis une poignée de décennies entre d’un côté le petit peuple prolétaire blanc anglais et, de l’autre, le petit peuple prolétaire musulman d’origine indo-pakistanaise. La presse vendit ces évènements comme un « choc des civilisations ». Pathétique…