haine

Que réclament de vous, les musulmans ?

Que réclament de vous les musulmans ? Non pitié ! Pas de pitié mais de grâce pas d'impiété, non plus. Cessez de leur marcher sur les pieds sous prétexte qu'ils n'ont pas la même démarche que vous... paix et respect.

La différence entre un raciste et un antisémite

Tous ceux qui ont un rôle à jouer dans la vie d'aujourd'hui ont compris qu'il est de moins en moins drôle d'être drôle. On ne peut plus rire de personne sans que l'on vous soupçonne ou que l'on confisque votre trône. Bonjour l'humour !   Ceux qui s'abonnent au Journal de Personne ne sont pas dupes de l'esprit de sérieux.

Voiture de police brûlé, la contre-manifestation dégénère – Paris 18.05.2016

Alors que la police manifestait place de la République, à Paris, contre la haine anti-flic, une contre-manifestation, non-autorisée, a dégénéré en marge du cortège. Source : InfoCritiqueWeb

Le troisième kamikaze, c’est nous !

Je ne suis pas conspirationniste pour relever avec les mal élevés toutes les incohérences de cette guerre de surenchères. Et même si je suis abattue, ça ne m'empêche pas de me battre pour réclamer des uns et des autres un peu plus de cohérence... un peu plus de sens en rappelant à nos états amnésiques : - Que la haine n'est pas la réponse la plus appropriée à la gangrène. - Qu'il n'y a pas plus fragile que la liberté ni plus libre que la fragilité... toute puissance finit par en faire l'amère expérience. - Qu'on ne fait que bâtir des châteaux sur le sable,

Nique ta République

Nos haines en disent plus long sur nous que nos amours. Qui hait qui ? Qui hait quoi? Et pourquoi cette haine ? Nous avons du mal à identifier cet obscur objet... de haine. L'ignorer, ça nous gêne. Le savoir nous fait de la peine. C'est le comble de la malice : est-ce que nous les haïssons ou est-ce qu'ils nous haïssent? Une ambigüité que nous chérissons ou une ambigüité qu'ils chérissent ? Là n'est pas la question, mais la remise en question de notre "trait d'union", de notre accent complexe, de notre vie en commun.

Trop de réfugiés ?

"Qui nous chantera une chanson, une chanson du matin, une chanson légère, si aérienne et si ensoleillée qu'elle réussisse à ne pas chasser les idées noires... qu'elle les invite tout au contraire à partager nos danses et nos chants?" Je cite de mémoire, le Gai Savoir. (Nietzsche) On n'excommunie pas les démunis. On n'en fait pas de cadavres exquis. On les invite, on les habilite, on les abrite, oui, pour que notre danse ait un sens et notre existence une résonance. Aucun être au monde ne peut nous faire de l'ombre si nous sommes vraiment sensibles à la lumière. Les plus amers disent