idéalisme

L’horreur politique

Je ne sais pas ce qui me prend Ni pour qui je me prends En cherchant toujours à soutenir l'insoutenable... à ce petit jeu, je me sens imbattable. Au diable l'humilité! Et quitte à vous surprendre Je m'en vais... Vous apprendre une nouvelle politiquement incorrecte : Pourquoi n'avons-nous Jamais cessé de nous entretuer? Réponse : Parce que nous avons du mal À nous situer sur l'échiquier politique. Au point qu'aucun d'entre nous N'arrive à tirer son épingle du jeu. Mais cette réponse est incomplète : Elle dit de quoi on souffre Mais elle ne dit pas Pourquoi il en est ainsi Et pas autrement

Le déni de la réalité

J'aimerais bien examiner avec vous une expression en vogue aujourd'hui : Le déni de la réalité. Et la question surgit aussitôt : de quelle réalité, il s'agit ? Parce que ça ne vous a pas échappé, que nous n'avons pas la même vision de la réalité. Sans parler de subjectivité, on peut parler d'objectivité toute relative... c'est toujours selon un point de vue, un point dans l'espace et un point dans le temps : les fameuses coordonnées sans lesquelles on ne peut rien ordonner. La réalité est la somme de toutes ces coordonnées... un ordre donné auquel nous ne pouvons pas ne pas nous abandonner.