illusion

Qui est le Père Noël ?

On me demande de dire qui je suis ? Je suis ce qu'on me demande de dire qui je suis, ni plus, ni moins. Je suis un costume. Je suis une coutume... tantôt le marteau, tantôt l'enclume. Je peux être rayé d'un trait de plume. Tout est dans ma tête, armée ou programmée, pour être à mi-chemin entre mensonge et vérité!

Divergente

C'est bien, c'est beau d'écrire pour les autres... L'écrire AVEC les autres, c'est encore mieux. Pour l'écrivain, c'est sans doute le bon moyen d'échapper à sa vanité. Qu'est-ce que la vérité sinon une ILLUSION partagée ? Un chef d'œuvre ne ressemble à un destin que s'il rassemble plusieurs mains. Un ouvrage en partage n'a pas de prix... ou alors le même que celui de la vie. Pour réaliser mon long métrage "LA BASE" je fais aujourd'hui appel à d'autres extases, aux extases des autres... quelques autres, que je crois sensibles aux mêmes métastases, aux mêmes points de rupture que moi.

Seuls les cyniques et les rampants peuvent se faire une place au banquet

Messieurs les jurés, Vous connaissez les faits dont je suis accusé : l’explosion de la rue des Bons-Enfants qui a tué cinq personnes et déterminé la mort d’une sixième, l’explosion du café Terminus, qui a tué une personne, déterminé la mort d’une seconde et blessé un certain nombre d’autres, enfin six coups de revolver tirés par moi sur ceux qui me poursuivaient après ce dernier attentat. Les débats vous ont montré que je me reconnais l’auteur responsable de ces actes.

Peut-on fuir le pouvoir ?

Il n’y a que deux moyens pour assujettir le peuple : le contraindre ou le tromper. La contrainte abuse toujours de sa violence. Elle franchit donc à terme la limite et finit par réveiller en nous des instincts de contestation capables de freiner l’efflorescence de son pouvoir. La duperie jouit de l’invisibilité de pouvoirs plus efficaces: ceux que le marché polit méthodiquement pour mieux prospérer.

Psychologie des foules

La foule est conduite presque exclusivement par l’inconscient. Ses actes sont beaucoup plus sous l’influence de la moelle épinière que sous celle du cerveau. Les actes exécutés peuvent être parfaits quant à leur exécution, mais, le cerveau ne les dirigeant pas, l’individu agit suivant les hasards des excitations.

De l’illusion démocratique

Souvent chez l’être humain, l’impression suffit au contentement. C’est le semblant, l’immédiateté factice, qui l’emporte sur le concret, le résultat d’un labeur. Comme c’est au cœur du troupeau qu’il fait toujours le plus chaud, plus l’on est nombreux à s’en satisfaire, et plus les apparences perpétuent l’illusion, au point de la faire passer pour réelle et solide.