info-scénario de Personne

Manifeste contre le mimétisme !

  Et si on cessait d'être paranos, schizos, rigolos sur les réseaux sociaux? Paranos en croyant mériter le gros lot ou être les seuls à avoir du mal à sortir la tête de l'eau. Schizos comme des moutons qui bêlent, et dont l'écho leur fait croire à un monde parallèle.

Salut Finkielkraut !

Je suis quelqu'un " sans nom", "sans voix", " sans visage". Je me lève au petit matin et je rêve du grand soir. Je ne cherche pas la gloire mais la plus belle façon de raconter l'histoire. Le sang de la Courneuve qui coule dans mes veines, ne craint pas l'échec. Ce n'est pas la réussite qui m'excite mais la bonne conduite. Pas vous?

SACRIFICE

 

Callasnikov

 

Il était une Foi… Gaza.

 

MEKTOUB

C'est écrit, mais blanc sur blanc L'avenir, le passé, le présent Le massacre du Bataclan Les inondations, le sale temps Autant en emporte le vent... La chronique de la mort annoncée du Président La guerre civile ou incivile à l'horizon C'est écrit, Mektoub sur tous les fronts ! Les arabes et leur printemps Le spectacle insoutenable des intermittents Ce chien écrasé par un camion Le doux déclin de l'occident Poutine qui prend l'ascendant Le rouge, le brun devenant équivalents L'humeur, l'humour tremblant C'est écrit, Mektoub avec ou sans notre consentement.

La maison France

Elle est située au centre d'une circonférence qui ne se situe nulle part. La proximité de la mer, la qualité de l'air, Ne l'ont pas empêché de se sentir mal sur ses terres. Elle est pour ainsi dire "mal isolée" Et à cause de certaines infiltrations, souvent désolée. Son soleil est rarement en érection Et ses vents ne soufflent jamais dans la bonne direction Mais en elle, ce n'est pas la nature qui irrite Mais les bourgeois-gentilshommes qui l'habitent Sur leur porte d'entrée, il y a une drôle d'inscription : "Un singe préfère une guenon". À peine franchie, on vous indique déjà la sortie

La treizième page

J'ai convié les lecteurs à se substituer à l'auteur en rédigeant une treizième page pour donner un sens à mes douze dérapages. Ce n'est ni un acte, ni un pacte mais l'impact de l'œil extérieur qui voit de l'intérieur. Et parmi toutes vos propositions il y en a au moins une pour parachever ma composition Douze lettres de perdues, et une treizième de retrouvée au cœur de vos essais comme pour nous attester que le cours de l'histoire a besoin de votre concours. Personne Une fenêtre sur cour

Divergente

C'est bien, c'est beau d'écrire pour les autres... L'écrire AVEC les autres, c'est encore mieux. Pour l'écrivain, c'est sans doute le bon moyen d'échapper à sa vanité. Qu'est-ce que la vérité sinon une ILLUSION partagée ? Un chef d'œuvre ne ressemble à un destin que s'il rassemble plusieurs mains. Un ouvrage en partage n'a pas de prix... ou alors le même que celui de la vie. Pour réaliser mon long métrage "LA BASE" je fais aujourd'hui appel à d'autres extases, aux extases des autres... quelques autres, que je crois sensibles aux mêmes métastases, aux mêmes points de rupture que moi.

Procès d’un juif français

"Bonjour, Sabeh ennour comme on dit en arabe Je suis juif mais je ne sais plus ce que ça veut dire ! Je vous suis, je vous lis et je partage les soucis que vous cause l'impérialisme mais je reste perplexe devant certains de vos plaidoyers... lorsque vous défendez l'arabe comme langue, l'islam comme religion, la Palestine comme nation... notamment... je m'y perds. La quasi totalité des mercenaires de l'impérialisme se réclame de l'islam, alors comment pouvez-vous voir quoi que ce soit de révolutionnaire la dedans.

Gaza, mon Amour

C'est un petit garçon qui ne craint pas les bombardements, Ni les artisans de notre enfermement Dans cette prison à ciel ouvert Avec la mort qui rôde au bord de la mer Et qui peut enlever à tout instant l'enfant à sa mère Toute la terre dira que je me sers du produit de mes entrailles comme d'un bouclier humain, pour avilir notre ennemi... Mais il n'en est rien... Parce que je crois qu'il y a un destin... Le seul bouclier que j'utilise est un bouclier divin qui rend vain tout écrit Il suffit de croire que Dieu nous suffit Ne rien craindre, ne rien espérer en dehors de lui

N

L'arrière-arrière-arrière petite fille de l'Empereur n'a pas jugé d'un bon œil la reconstitution belge de la bataille de Waterloo. Elle a adressé quelques lettres de "noblesse" aux créatures de cet évènement... Les voici, les voilà! Cet article est apparu en premier sur .

Y a pas d’âge pour faire le ménage

Je suis une vieille qui commence à sentir la mort venir... et pour partir sans me départir, j'ai décidé de m'offrir une nuit de rêve pour mes 77 ans en passant une nuit dans un magnifique hôtel, le Sofitel. Une fois n'est pas coutume, j'ai su enfin ce qu'était la joie pour un bourgeois... c'est un peu triste! Au moment de payer le lendemain matin au départ, l'employé au comptoir me tend une note pour 250 €. Je demande alors pourquoi c'est si cher ...

Nation ou contamination

  Je ne représente Personne; Surtout pas tous ces effrontés qui ont toujours fait de la politique un MÉTIER à tisser des liens pour leurs biens particuliers, et qui ne montent au front que pour vous faire perdre ou gagner les élections. Des élus, zélés qui vous ont toujours vendu de fausses ailes... les craintes les plus laides et les espérances les moins belles. Rien de solide, que du sordide.

Mes racines grecques

Quel temps fait-il ? J'ai interrogé le vilain petit canard Qui socratise à l'instar de Socrate. Lui, préfère ne rien savoir Que d'avoir l'air de celui qui ignore qu'il est ignorant. Le vilain petit canard n'aime que les questions Et non les réponses aux questions. Même toutes faites, aucune à ses yeux, n'est parfaite. Un seul point de divergence se situe au niveau du statut de l'innocence. Pour Socrate nul n'est méchant volontairement Pour le vilain petit canard Même le moins sensé Est censé savoir le mal qu'il fait Le méchant choisit d'être méchant. Mais cela ne nous dit pas

La peau des mots

Pourquoi est-ce que je vis ? Pourquoi est-ce que je réfléchis ? Je vis et je réfléchis pour venir à bout d'une double illusion : - l'illusion de l'homme qui prend l'homme pour un Dieu - l'illusion de l'homme qui prend Dieu pour un homme Deux maux : la mystification et le mysticisme. Le même écho trompeur... le même scénario qui consiste à prendre l'écho de notre voix pour une image de l'au-delà. Pour ne pas devenir un imbécile, il faut partir à l'assaut du ciel qui ne contient rien d'essentiel. Peut-on se débarrasser de toute aliénation?

Science ou fiction

Ni perdu, ni retrouvé Le temps ne fait que passer Et il n'a pas fini de passer ... C'est infini, et l'infini, nous en avons assez Il joint et disjoint l'avenir et le passé Dans les bras de son conjoint : le présent. L'inépuisable...l'insaisissable, toujours absent Avec le temps, on ne sait pas sur quoi mettre l'accent Sur l'histoire, la mémoire ou sur un être illusoire ? Et pourtant, nous l'avons sous les yeux Mais nous avons du mal à le percevoir... Nous l'avons dans les yeux Mais nous avons du mal à le concevoir... Nous le confondons avec l'être

Les destituteurs

Quelqu'un vous apprend que votre enfant est mort... sans vous dire de quoi il est mort. Quelqu'un vous annonce que votre père est mort... sans vous dire comment il est mort. Quelqu'un vous révèle que Dieu est mort... sans vous dire pourquoi il est mort. Comment on appelle l'auteur de ces trois mauvaises nouvelles ? Un oiseau de mauvais augure ? Un informateur ? Un rapporteur ? Ou un reporter ? Dans les trois cas de figures, il s'avère trompeur ou médiocre médiateur... parce que son information est incomplète, lacunaire, déficitaire... peut-être même faussaire.

Le capitaine boude

Le capitaine boude, boude, boude Il ne veut plus de Dieu en France Parce qu'il n'a pas assez de blé Et ne maitrise pas encore le français La peine n' en vaut pas la peine Contre lui il va renforcer les frontières de l'espace Schengen Dieu est étranger. Il représente donc un danger! Il sera, ici ou là, toujours considéré comme persona non grata Et il n'en veut pas, le capitaine dérangé Il a séparé l'église de l'état ok ? Ce n'est pas pour réparer les synagogues et les mosquées... La France ne veut plus rien concéder au religieux Il n'y a plus de travail pour Dieu

Zarathoustra au Népal

Suis-je une prophète ? Une rêveuse ? Une femme ivre ? Une interprète des songes ? Une cloche de minuit ? Une goutte de rosée ? Une vapeur et un parfum d'éternité ? Ne l’entendez-vous pas ? Ne le sentez-vous pas ? À l'instant mon monde est parvenu à sa perfection, minuit c’est aussi midi. La douleur est aussi un plaisir, la malédiction est aussi bénédiction, la nuit est aussi soleil, – allez-vous- en, ou bien apprenez-le : un sage est aussi un fou. Avez-vous jamais dit "oui" à un plaisir ? Ô mes amis, alors vous avez en même temps dit "oui" à toute douleur.

Ma muse

Je suis l'inspiratrice Ça ne vous inspire rien Parce que c'est moi qui vous inspire Qui vous donne ou vous retire l'envie d'écrire L'envie de vivre ou de mourir La femme, l'infâme, la maîtresse De votre pauvreté, de votre richesse Je n'enseigne pas la vertu Je ne condamne pas le vice Parce que je me sens une force libératrice Je ne vous tue pas, je vous situe Pour que votre maison soit plus belle Et votre raison plus que jamais rebelle Au lieu de maudire, apprenez à écrire Comme quelqu'un qui a quelque chose à dire Et qui écrit pour dire Qu'il ne tient pas à le dire.

Pas d’amnistie

Pourquoi c'est si difficile... de vivre ? Une vie que nul n'a jamais traversée... Sans rien payer en retour. Tout ne tient qu'à un fil... Qui peut être rompu. Même la plus fervente des révoltes est peine perdue! Intenable dilemme... on n'en sortira pas indemnes... Car on ne peut s'en tenir à une vision terre à terre Ni se laisser entretenir plus longtemps par le mystère. Celui qui n'est pas en avance est en retard d'une guerre S'il ne l'a pas faite, il finira par la faire. Parce qu'il n'a pas l'œil pour voir... Que le péché est au cœur de son pouvoir. Et qu'il n'y en a qu'un : le sien

La maison de Dieu

Mine de rien Je ne me contente pas d'exister... Je résiste Et je ne fais que résister au principe de réalité. Je suis irréaliste Je ne crois pas ce que je vois Je vois ce qui ne se voit pas. Ce n'est pas mon bon plaisir que j'oppose à la réalité Mais l'idée. Une certaine idée... l'idée de l'Amour par exemple Les tentations sont réelles je le sais, mais... J'y résiste parce que je suis irréaliste. À l'amour facile, celui d'Éros... J'oppose Thanatos, une certaine envie de mourir À l'amour difficile, celui de Philia Que l'on assimile à l'amitié... Je préfère encore Aléthéia, la vérité solitaire.

La voix n’est pas the Voice

J'ai regardé the Voice The last liste des 4 finalistes Ce n'était pas mon choix Mais le choix des autres. Je me disais que le goût, les couleurs ne nous apprendront jamais rien sur la valeur. Il n'y a que des manœuvres et des couleuvres. Et je me suis sentie mal pour eux. Pour toutes ces belles voix qui croient avoir trouvé leur voie En cherchant l'aval de ceux qui vont les avaler. Des ogres et des petits Poucets. The Voice... C'est Art of noise... Un bruit qui fait du bruit dans votre petite tête Et vous empêche de dormir la nuit Parce que ça fait rêver et crever en même temps!

Perversion médicalement assistée

Tous ces pervers qui ne peuvent se retenir Quelle loi pourrait les contenir? Quelle sanction pour les punir? C'est un mal que l'institution a toujours eu du mal à prévenir. Aucune psychiatrie pour les guérir Contre eux, on peut à peine se prémunir! Nul n'est prêt à affronter, à se confronter avec ce genre de désir. Le désir de vous salir, de vous nuire, de vous anéantir! Un désir qui en dit long sur le désir du mal animal qui n'attend pas votre aval pour sévir! C'est une poussée qui n'en a jamais assez... Qui se poursuit même après vous avoir destitué, violé et volé vos éclats de rire!

Tunisie : les 20 marches

Je ne pleure pas, je t'implore De ne pas succomber devant l'ironie du sort. Tu t'en souviens. Peut-être encore Que quand on est fort On est plus fort que la mort Et quand on est plus fort que la mort Il n'y a pas plus fort que soi Tu t'en souviens. Peut-être encore De la venue de Bourguiba De la fin du protectorat De Ben Youssef, de son assassinat De la politique des étapes vers le bas De Ben Salah De la difficulté de mener le bon combat La Tunisie cède mais ne rompt pas Elle résiste aux aléas. Tu t'en souviens. Peut-être encore Du 7 novembre, du coup d'état De Ben Ali, des Trabelsi, de Leïla

Qui sommes-nous ?

Je regardais derrière moi. Je regardais devant moi. Il y avait d'autres "Moi". Il y avait d'autres que moi. Plus ou moins dignes de Foi. D'autres chiens. D'autres renards. D'autres loups. Les premiers étaient "bons". Les deuxièmes mauvais. Et les troisièmes méchants. Leur réputation était toute faite, même quand ils changeaient de condition. Dans l'Absolu les bons n'avaient rien de bon. Quand on creuse on s'aperçoit qu'ils sont encore plus méchants que les méchants. Les renards ne sont pas non plus mauvais dans l'absolu. Mais leur bêtise est étroitement liée à leur convoitise.

PUR ARABICA

Lorsque j'entends ce cri Je frémis Quelque chose de l'âme arabe Éprise de ses propres méprises De quoi il s'agit D'un petit air populaire Qui vide et remplit le verre que nul n'a jamais bu Qui dit l'amour Qui défie l'amour Non je ne traduis pas C'est intraduisible Et puis je ne vais pas la trahir Tout ce que je puis vous dire Sur l'amant, sur l'aimée C'est qu'ils ne craignent pas le pire Ils l'appellent presque de leurs vœux Et le pire c'est l'amour Toujours Les morsures, les blessures L'effroyable posture L'incroyable imposture On croit avoir atteint la cime Avant d'entrevoir l'abime

Porc-trait

Tu pollues l'air que l'on respire Tu inspires le pur, tu expires l'impur Tu pompes l'oxygène et tu craches de l'hydrogène Avec toi l'atmosphère est toujours malsaine. C'est... irrespirable! Parce que tu passes ton temps à mentir Et tu mens comme tu respires De mal en pis et ça empire Le bien que tu avales Le mal que tu déballes et qui provient de l'intérieur de toi, De ton être viscéral Tout en toi est mauvais Le vrai comme l'ivraie Non, tu n'es pas fou, ni fêlé mais souillé par le péché On dirait que Dieu t'a tout retiré Excepté la vie... ou ce qu'il en reste

Des mots cratiques

Je voudrais m'adresser seulement aux grands enfants, parce que les petits n'ont pas encore le droit de se préoccuper de la maison et de se poser les grandes questions. Première question : comment réduire le taux d'abstention ? Pourquoi nos concitoyens votent de moins en moins ? Pourquoi le minimum civil est de plus en plus ressenti comme inutile, pour ne pas dire vil? La réponse saute aux yeux, quand on a la chance d'en avoir deux. Parce que notre démocratie est purement formelle et non réelle. Elle est juridique, pas politique. Elle est, comment dire, invoquée et non pratiquée.

Énigme et paradigme

Toute lecture finie d'un texte infini occulte l'esprit qui situe toujours le sens au-delà de la lettre. "Je suis" dit Dieu au premier prophète. Pour saisir l'être, dans l'esprit, et non au pied de la lettre, il faut aimer, s'aimer les uns les autres dit le deuxième prophète. Ce n'est pas le Dieu de l'Amour qui nous rapproche les uns des autres mais l'Amour de Dieu dit le dernier prophète.

Ils sont et resteront chinois

Les chinois travaillent... travaillent Vaille que vaille ! Travaillent sans se poser de questions Ils ne cherchent pas la réponse Ils se défoncent au travail Contre mauvaise fortune, ils se font de la thune! La nécessité, ils savent ce que c'est : Ce sans quoi, il n'est pas possible de vivre Pour vivre, il faut survivre... Pas d'autre but à poursuivre... que survivre. Des bêtes de travail qui ont la chance d'ignorer la notion de vacance Il y a une manière de fléchir qui dispense de réfléchir et de se torturer l'esprit pour rien. Je ne les ai pas cités pour les féliciter

Macha’Allah

Elle est belle... vraiment belle! Pour ne pas attirer l'œil sur elle, il y a en arabe une expression heureuse ou religieuse, on doit dire : "telle fut la volonté de Dieu" à chaque fois que l'on déclare : il est beau, elle est belle. Ça protège des malins génies. Ça signifie que tu t'en souviens... Tu te rappelles que c'est par l'idée du beau que les choses belles sont belles En grec on dit : « to kalô ta kala kala » En arabe "Macha'allah": Telle fut la volonté de Dieu Que la beauté soit Que nous soyons sensibles à la beauté Jusqu'à remercier celui qui l'a créée

Gauchemardesque !

En matière de religion, il y a des conversions En matière politique, il y a des inversions. Celui qui vous dit le contraire, vous ment Vous pouvez le prendre comme un avertissement Mais notre gauche est à droite... complètement... pleinement! Nous avons voulu un cœur sans raison Nous nous retrouvons avec une raison sans cœur... Et peut-être même sans raison! Insensible et insensée... absurde. En cause le sacré sens des réalités Qui transforme le hasard en fatalité Il n'y a plus d'idéal qui tienne Mais des idées qui conviennent

Hommes sous influence

Infâme vous êtes sous l'influence de l'Homme ! Première tentative : on commence par distinguer la bonne de la mauvaise influence et on finit par se rendre à l'évidence que notre petite distinction n'est pas dictée par un prétendu bon sens mais par le sens commun. Autrement dit, nous sommes encore et toujours sous influence... de la doxa... de l'opinion, du "ON DIT" tout et le contraire de tout. Pas de chance!

Dans la peau de Shéhérazade

Il faut imaginer une autre Shéhérazade. Pas la nuit, mais le jour. Qui ne fait et à qui on ne peut faire la cour Qui ne ment jamais, mais dit les choses autrement Qui ne cherche ni à plaire, ni à se complaire Mais à se défaire de toutes les légendes personnelles... Surtout de la sienne. Elle est, tout comme je le suis, Persuadée que pour réformer le monde réel, Il faut commencer par transformer le monde imaginaire... En le peuplant de nouveaux rêves, de nouvelles brèves. Il faut se mettre dans la peau de Shéhérazade

Mossoul

L'Occident est scandalisé... Les islamistes ont détruit un musée qui faisait partie du patrimoine de l'humanité.Ils ont tout saccagé au marteau comme des barbares... comme des débiles mentaux. Sous prétexte que l'islam ne laisse rien au hasard, ils ont estimé qu'il ne peut y avoir de place pour l'art! En jeu, l'intégrité de la Foi... Parce qu'il n'y a d'autre Dieu que Dieu... Ce sera le crépuscule des idoles. La fin de l'idolâtrie pour instituer leur intégrisme religieux. L'Occident les a déjà jugé, condamné et traité de fous dangereux.

Les destituteurs

Quelqu'un vous apprend que votre enfant est mort... sans vous dire de quoi il est mort. Quelqu'un vous annonce que votre père est mort... sans vous dire comment il est mort. Quelqu'un vous révèle que Dieu est mort... sans vous dire pourquoi il est mort. Comment on appelle l'auteur de ces trois mauvaises nouvelles ? Un oiseau de mauvais augure ? Un informateur ? Un rapporteur ? Ou un reporter ? Dans les trois cas de figures, il s'avère trompeur ou médiocre médiateur... parce que son information est incomplète, lacunaire, déficitaire... peut-être même faussaire.

Starmania

• J'aurai voulu... • J'aurai voulu être une autiste dans un monde où le premier venu passe pour un artiste. • J'aurai voulu être une fée, sans avenir et sans passé pour faire de ma vie un conte digne d'être raconté. • J'aurai voulu être une idée, mais pas n'importe laquelle, une idée qui règne et imprègne celui qu'elle a rencontré en premier. Je n'ai pas d'autre exemple d'idée que l'Absolu... l'idée d'Absolu. • J'aurai voulu être apparentée à celle qui porte le voile de la pudeur pour que sa beauté ne soit jamais à la portée, ni sa laideur déportée.

Le déni de la réalité

J'aimerais bien examiner avec vous une expression en vogue aujourd'hui : Le déni de la réalité. Et la question surgit aussitôt : de quelle réalité, il s'agit ? Parce que ça ne vous a pas échappé, que nous n'avons pas la même vision de la réalité. Sans parler de subjectivité, on peut parler d'objectivité toute relative... c'est toujours selon un point de vue, un point dans l'espace et un point dans le temps : les fameuses coordonnées sans lesquelles on ne peut rien ordonner. La réalité est la somme de toutes ces coordonnées... un ordre donné auquel nous ne pouvons pas ne pas nous abandonner.