Mahler

Allah Akbar

Avant d'être abattu, le forcené a-t-il oui ou non crié : Allah Akbar ? - oui, selon la police - non, selon les témoins de service que la Police assimile à des complices. Car à la goutte d'or, tout ce qui brille n'est pas or... mais juste un rappel que nous sommes tous des êtres-pour-la-mort, de simples mortels. Alors a t-il oui ou non crié Allah Akbar ? Oui, mais peut être pas suffisamment fort... Mais pour la police, encore en état d'alerte, un murmure suffit pour sceller un sort. On lui a appris à se méfier même de l'eau qui dort. On tire d'abord. On interroge après... le mort.