Michel Onfray

L’islamo-gauchisme

Ce n'est pas du tout évident d'associer deux concepts antithétiques, de composer avec deux figures opposées : l'islamisme et le marxisme. Les médias les médiatisent sous le nom : d'islamo-gauchisme. Je me suis amusée à envisager tous les rapprochements suggérés entre ces deux systèmes de pensée en me disant que l'analogie entre les deux ne relève pas seulement de la démagogie.

Michel Onfray et la place de l’intellectuel, par Vincent Engel

Source : , Vincent Engel, 06-12-2015

L’intellectuel français a décidé de quitter le champ médiatique. C’est regrettable pour le débat public, estime Vincent Engel.

Onfray mieux de le lire

Il semblerait qu’en cette rentrée morose tout le monde ait son mot à dire sur Michel Onfray. Cela en est même devenu un show croustillant pour le spectateur lambda n’ayant que faire habituellement de métaphysique. Quoique, même si Onfray propose dans son œuvre une doctrine quelque peu explicite, il n’a jamais été question de philosophie à proprement parler dans ces joutes médiatiques.

Où est l’exactitude ?

Qu'il soit réel ou virtuel, le monde des êtres et des belles lettres se divise en deux. Il y a d'un côté ceux qui marquent des points, les buteurs. Et de l'autre, ceux qui comptent les points, les butés... à prendre au propre comme au figuré... Zemmour, Onfray, Finkielkraut... Il faut se plier en quatre pour participer à leur funeste pièce de théâtre. Un drame qui se joue, chaque jour à la jointure d'un monde qui disparaît et d'un autre qui apparaît ou voit le jour. Avec deux paradoxes à la clé :

Onfray : Qui n’est pas couché ?

Les certitudes de Michel Onfray Dix certitudes du dimanche... ou peut-être dix manches pour une certitude ! Michel Onfray est loin d'être un manche à balai : il plaît dès qu'il se met à penser... peut-être parce qu'il ne se soumet jamais au prêt à penser. Il oscille comme un pendule entre l'impensé et l'impensable. Et à ce petit jeu, il est imbattable. Il change les codes, démode la mode et se dérobe à ceux qui s'efforcent de l'enrober, l'enrôler ou lui fixer un rôle.

La rue, vérité du peuple

    Fin 2008, Michel Onfray, dont certaines réflexions valent sincèrement le détour &; n’en déplaisent à certains ! -, Michel Onfray donc, rédigeait ce petit texte croustillant. Aujourd’hui il n’y a pas une virgule à changer, sinon quelques noms à intervertir. Ceci expliquant alors cela&;

L’islam au Bac Philo

Aujourd'hui est un autre jour, faites en sorte qu'il soit le bon jour même si ce qui est bon pour chacun n'est pas forcément bon pour tous. Et parce que votre niveau de conscience n'est pas le même, mon exigence vis à vis de vous ne sera pas la même. Vous permettez que je fasse l'appel parce qu'entre vous à part l'acte de présence, il n'y a rien de consensuel :

Les maux bleus

Elle: j'aime pas beaucoup cette fille Lui: pourquoi? Parce qu'elle voit la vie en rose ? Elle: je n'aime pas les fleurs bleues Lui: il y a des fleurs bleues dans toutes les histoires Elle : pas forcément Lui: si. Soit elles commencent mal et finissent bien, soit elles commencent bien et finissent mal. Elle: et celles qui commencent bien et finissent, tu les appelles comment ? Lui: c'est ça une fleur bleue... une fleur sans lieu Elle : je n'aime pas la tristesse Lui: pourquoi? Parce que ça commence mal et ça finit mal ? Elle: parce que ça diminue tes forces et augmente celle de l'adversaire

Trois photos du général

La politique ne m’intéresse que lorsqu’elle est située sur le terrain tragique et qu’elle met aux prises un individu, l’histoire et le destin. Autant dire que, né en 1959, je n’ai jamais eu l’occasion de me passionner pour les péripéties qui ont conduit au pouvoir un banquier matois, un inspecteur des finances arrogant, un avocat véreux et un énarque impulsif, tous complices de ceux qui ont installé l’histoire dans le registre hystérique et décérébré de la comédie de boulevard.

Faut-il réviser l’Histoire pour appréhender la vérité ?

Difficile d’écrire aussi raisonnablement qu’un Spinoza. Une philosophie agencée suivant l’ordre géométrique ; une Ethique par delà toute cacophonie lyrique. Pourtant ce chef d’oeuvre de la pensée occidentale a malheureusement peu inspiré les hommes, plutôt enclins à justifier leurs errances par la kyrielle de fables saturant notre Histoire depuis ses balbutiements littéraires.

Mossoul

L'Occident est scandalisé... Les islamistes ont détruit un musée qui faisait partie du patrimoine de l'humanité.Ils ont tout saccagé au marteau comme des barbares... comme des débiles mentaux. Sous prétexte que l'islam ne laisse rien au hasard, ils ont estimé qu'il ne peut y avoir de place pour l'art! En jeu, l'intégrité de la Foi... Parce qu'il n'y a d'autre Dieu que Dieu... Ce sera le crépuscule des idoles. La fin de l'idolâtrie pour instituer leur intégrisme religieux. L'Occident les a déjà jugé, condamné et traité de fous dangereux.

Critique de la raison islamique

C R I T I Q U E    D E   L A   R A I S O N    I S L A M I Q U E Réquisitoire : À quel sujet ? Au sujet de l'islam... ou du salut des âmes Encore ? Vous plaisantez, j'espère... Parce que ça ne fait que commencer.... La pêche aux symboles, la chasse à l'homme. Tous les regards, tous les soupçons sont portés sur les cœurs emportés par le dernier des prophètes... Ce n'est plus un débat, ni une quête de sens mais une enquête policière, une lutte armée, un combat pour distinguer entre le haut et le bas. Nous sommes en haut. Ils sont en bas.

Bourgeoisie et propagande chez Victor Hugo

Il y a quelques mois j’accompagnais un groupe d’enfants visiter la maison de Victor Hugo, Place des Vosges. Une « visite culturelle » pour agrémenter les vacances de nos petits parisiens privés d’exode estivale. Heureusement, nous fûmes confiés à une conférencière inspirée nous contant de belles histoires de grand père !