nationalisme

Pour ne pas perdre le fil !

  Il y a des choses inexpliquées qui ne nous simplifient pas la vie, mais ne font que la compliquer. Il y a des choses inexplicables et qui nous rendent parfois la vie invivable et d'une impuissance remarquable. Mais il y a surtout des explications qui nous font faire de l'esprit et qui nous maintiennent en vie.

J’entends les Catalans

La mondialisation n'est pas la réalisation mais la déréalisation du monde. Un monde qui marchande pour faire de nous des clients du même monde... C'est une réalité économique qui se traduit sur le plan politique par la volonté de faire de nous des citoyens du monde... Heureux ceux qui sont les plus nombreux ! C'est plus rentable donc c'est plus jouable... disent les cyniques.

MARINE & POUTINE

 
Il n'y a pas d'énigme au rapprochement entre Marine et Poutine. Les deux font appel au même paradigme : Un paradigme Marxiste...   En politique, il faut choisir soi-même sa posture pour ne pas être à la merci de l'imposture. Et pour avoir les pieds sur terre, miser sur son logis, sous peine d'être délogé ou démis par l'idéologie.  

Donald et Vladimir

 
Trump n'a rien de Bush. Ce n'est pas une marionnette mais un marionnettiste. Ce n'est pas un politique mais un artiste jusqu'au-boutiste. Poutine n'a rien d'Eltsine. Ce n'est pas un héritier mais un fin limier. Il connaît tous les manèges. C'est un stratège. Les États-Unis pour l'un, les États réunis pour l'autre. Qu'ont-ils en commun ? Sinon la radicalité comme seul et unique bien.

OZ : l’apothéose

Ose  franchir le pas Parce que les autres n'osent pas Toute gauche est un peu trop maladroite Ose ta droite L'uppercut se répercute... dans la boxe française Assène le coup fatal Pour l'emporter sur toutes les figures du mal. La droite conservatrice Est la seule voie royale, salvatrice... On ne peut conserver l'air à l'état pur Que si l'on élimine les toxines qui le rendent impur Nettoyage éthique et ethnique! Pour se purifier ou se glorifier d'être durs envers les autres Et purs par devers nous-mêmes C'est l'islam qui est mis en cause... Qu'il soit radical ou modéré, il faut s'en débarrasser

Blanc, noir, aigri.

Belle lurette qu'on n'analyse plus les choses... qu'on se raconte des sornettes... C'est la convoitise qui a pris le pas sur l'analyse. L'appât du gain et l'épanouissement personnel ont la main mise. C'est la subjectivité qui rayonne et aiguillonne ! Partout, on assiste à la remise en liberté du désir... Et à l'enfermement de la vérité à double tour, pour préserver l'ordre public. C'est la République du désir affectif qui ne veut pas entendre parler du collectif, sous prétexte qu'il n'y a pas plus consensuel que la réalité individuelle.

Pour un retour à l’Europe des frontières ?

Bon nombre de nos contemporains  s’interrogent sur les réels bénéfices que nous tirons de la consolidation de cette Europe aux frontières effacées.  Pour l’opinion publique, le tournant décisif de « l’Acte unique » et  ses quatre grands principes de circulation (circulation des marchandises, des personnes, des services et des capitaux) n’auront  servi en dernière instance que les seuls intérêts des multinationales et du grand capital.

Une ombre plane sur l’Europe : c’est l’ombre du nationalisme

Lors d’une récente conférence donnée devant un parterre des quelques seniors qui hantent encore les bancs des rares associations affiliées au parti communiste, Emmanuel Todd a affirmé, avec honnêteté et dans le cadre d’un discours sincère et plein d’humour, qu’il ne comprenait plus ce qu’il se passait en ce moment. Il a admis, très sereinement, que ses méthodes habituelles qui lui avaient valu dans le passé le statut d’augure ne lui permettaient ni de saisir certains phénomènes présents, ni donc d’entrevoir l’avenir.

La social-démocratie : un totalitarisme à l’épreuve des populismes

Panne généralisée de l’ascenseur social, effondrement économique par l’action conjuguée de la désindustrialisation et l’activité parasitaire de la « bancocratie », faillite complète du modèle d’État providence accentuée par l’indolence du corps politique : en dépit de tous ces signes probant de faillite, nos États s’entêtent à mener une politique ouvertement antisociale.