nationalité

Nique ta République

Nos haines en disent plus long sur nous que nos amours. Qui hait qui ? Qui hait quoi? Et pourquoi cette haine ? Nous avons du mal à identifier cet obscur objet... de haine. L'ignorer, ça nous gêne. Le savoir nous fait de la peine. C'est le comble de la malice : est-ce que nous les haïssons ou est-ce qu'ils nous haïssent? Une ambigüité que nous chérissons ou une ambigüité qu'ils chérissent ? Là n'est pas la question, mais la remise en question de notre "trait d'union", de notre accent complexe, de notre vie en commun.

La déchéance

La déchéance... ah, la déchéance... oh, la déchéance... hi, la déchéance...ah oui, Je suis profondément déchue! C'est un terme sacré, subtilisé par les profanes pour nous attester qu'ils ont le sens du sacré... Ils savent séparer ce qui est séparable mais non réparer ce qui est réparable. Cela correspond dans notre inconscient collectif à un vieux pro-jet : jeter ce qui est jetable... tous les rebelles binationaux à la poubelle.