nature

CRIS DE SINGE

Imagine, Imagine qu'il n'y ait eu à l'origine Ni chance, ni chanson Ni Ève, ni Adam Mais seulement un singe et une guenon Une chaine sans chainon manquant. C'est du moins la thèse, l'hypothèse De cette fouine qu'on appelle Darwin Qui soutient, que nos mots d'esprit Ne nous empêchent pas de faire le mal Ni d'être des animaux Sensuels, intellectuels et cruels

Great Again !

Normal 0 21 false false false FR-BE X-NONE X-NONE MicrosoftInternetExplorer4 /* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name:"Tableau Normal"; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-priority:99; mso-style-qformat:yes; mso-style-parent:""; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin-top:0cm; mso-para-margin-right:0cm;

Lettre d’un zombie

Un zombie m'a écrit... "Si les hommes décidaient demain, dans leur grande majorité de s'accoupler avec les animaux, qu'est-ce qu'on fait ? Il faut l'imaginer, se le représenter, l'anticiper, parce qu'avec le progrès, on ne sait jamais. Pour vivre avec son temps, il faut en accepter tous les contretemps...les sauts et les soubresauts... On aura tout vu avec la modernité, n'est-ce pas ? Plus d'envers que d'endroits. Et puis avec la démocratie, on n'est pas à l'abri de la zoophilie. En vertu du principe laïc selon lequel : chacun fait ce qui lui plaît;

Mes parents-thèses

Maman vit selon ses désirs. Papa vit selon ses principes. Sans être Électre, ni Œdipe, je me suis toujours posée la question de savoir lequel des deux a le plus de chances de s'y retrouver ou comme on dit de réussir sa vie. Ma mère qui exprime un règne animal, ou mon père qui imprime un ordre moral ? Comme j'étais une enfant révoltée, les deux m'insupportaient... énormément. Je prenais l'une pour une putain et l'autre pour un pantin. La putain qui ne vit que selon ses envies et le pantin dont l'avis est dépourvu de vie et dicté quoi qu'il en dise par d'autres que lui.

Incertain destin

à Jacou... J'ai appris... j'ai enfin compris Que tout ce qui fleurit a la sève et le rêve de l'infini Je crois sans l'ombre d'un doute méthodique Qu'on ne peut lutter contre le réchauffement climatique Sans replacer le fini dans l'infini Sans se situer par rapport à un absolu Par delà le moins long et le plus long terme L'écologie c'est l'école de la vie Le plus court chemin entre moi et autrui Que je ne peux échanger sans changer d'avis Et dont je ne peux me vanter sans m'inventer un nouveau récit : Selon lequel je ne puis être maître et possesseur de la nature

La raison écologique

J'hésite entre un coup de poing et une caresse entre tous les hommes réunis et Lucrèce je choisis celui qui ne laisse aucune prise sur moi à la faiblesse. à mon avis c'est le premier qui logea l'école dans la vie et inventa l'écologie en disant : La Nature parle Mais seule la Raison l'entend Écoutez : "Misérables esprits des hommes, cœurs aveugles ! Dans quelle obscurité, dans quels périls absurdes Se consume pour rien leur presque rien de vie ! N'entendez-vous donc pas ce que crie la nature ? Que veut-elle, sinon l'absence de douleur

Le zoo humain

Les pressions de la vie moderne deviennent accablantes, le citadin harassé qualifie souvent le monde grouillant où il vit de jungle de béton. Expression pittoresque qui veut décrire le mode de vie dans un centre urbain à forte densité de population, mais ce n’en est pas moins une description grossièrement inexacte, comme pourrait le confirmer quiconque a étudié une vraie jungle.

Le libéralisme : un sida mental, un cancer sociétal

L’ère que nous traversons, celle de l’humain comme force géologique modifiant de manière irréversible l’environnement en le détruisant, est aussi la période historique du libéralisme triomphateur. Un libéralisme à appréhender comme idée morale la plus basse, comme idée de l’homme seul dans un monde qui ne serait que le prolongement de lui-même, comme idée que l’homme n’a de compte à rendre à personne, qu’il peut allègrement se départir de sa fonction sociale.

FNFN

http://whatreallyhappened.com/content/ocean-circulation-doesnt-work-expected

If we do not understand all the aspects of how Earth's climate operates, then we cannot build an accurate model with which to make forecasts. The models being created now make certain assumptions, and as seen with the collapse of the conveyor belt theory, the assumptions are not always accurate. Indeed long experience has shown that the assumptions are often made to validate a desired outcome. But in the end, the only thing a computer model is really able to predict is the outcome of the computer model itself.