nihilisme

La déchéance de la rationalité

Les plus insensés prospèrent. Ce sont toutes sortes de folie qu'on libère pour nous rendre le monde un peu plus insaisissable. Pour gouverner le tout, on rend les parties ingouvernables. Le monde devient chaque jour un peu plus fou, un peu plus déraisonnable et de moins en moins gérable. Les syriens ne s'y retrouvent plus en Syrie, ni les libyens en Libye, ni les tunisiens en Tunisie.

Le monde brûle t-il ?

C'est l'homme qui risque à tout moment de prendre feu. C'est son ombre désormais qui occupe les lieux. Nous assistons à sa dissolution aujourd'hui. À sa descente en enfer qu'il vit comme une montée au paradis. Non, il ne va pas mourir, pas encore, mais souffrir le martyre sans savoir qu'il n'y aura bientôt plus personne pour l'ensevelir. C'est l'œuvre de la mondialisation, présent sans avenir. Elle est apocalyptique pour ne pas dire tragi-comique.

le déshumanisme

La légende des siècles laisserait entendre que les siècles ont une légende selon laquelle l'homme ne cesse de changer son rapport au monde. De changer son cadrage ou son image du monde. L'image de leur rapport qui change. Leur imagination qui change de rapport. Il n'y a pas d'histoire sans ce remue-ménage... entre l'homme et le monde.  

ISLAMONIUM

Ça y est ! Les amalgames sont désormais autorisés Les plus ridicules n'ont plus peur d'être ridiculisés Ni les analystes analysés... Les terroristes vont devoir entendre la vérité Qui ne sort pas de la bouche des terrorisés Et qui stipule que : seul l'islam est à incriminer. Et pour dire les choses crument : Tous les musulmans sont suspects L'islam est une idéologie qui ignore l'amour et la paix C'est l'uranium des pauvres d'esprit Qui s'en prennent à la vie de tous ceux qui aiment la vie La chérissent ou la glorifient... C'est l'islam qui réclame toute l'âme, toutes les âmes

Où est l’urgence ?

Comme par hasard, l'essentiel ne fait jamais la UNE de l'actualité... Peut-être parce que toutes les vérités sont inactuelles, rarement sensationnelles. Je vais bientôt accoucher d'un petit homme, dans quelques heures ou dans quelques lueurs... encore UN, qui va vouloir escalader quelque montagne et que je vais devoir accompagner... sa passion sera la mienne... parce que je n'ai jamais conçu l'amour autrement que dans la transmission de mon goût pour l'escalade... parce que la vie comme chacun le sait n'a rien d'une ballade. Je n'ai pas encore réussi à réunir les fonds

Les amants du néant

Je vais en surprendre plus d'un, en relatant la vie de ceux qui défient la mort et font fi de la vie d'autrui. Ils ne s'estiment ni lâches, ni courageux, mais téméraires, sans recul et sans scrupules, plus extrêmes que les extrêmes, avec les autres et avec eux-mêmes. Ils vivent par défaut, ils meurent par excès. Par excès de dégoût. Pour eux, c'est la vie qui n'a pas de sens. La mort en a un à leurs yeux. Elle met fin à leur calvaire et à leur univers sans sel, et qui ne peut, ni ne doit être conservé en tant que tel... sans rien d'universel.

Le suicide de Zemmour

Le pire pour un suicidaire, c'est de rester en vie. Ne voulant pas de la vie, il est malheureux de constater que la mort ne veut pas, non plus, de lui. C'est dans cet espace exigu qu'il faudrait situer la vie et l'œuvre de Zemmour.