rumeurs

Figaro et Gorafi

Deux titres. Deux programmes où le nom de l'un est l'anagramme de l'autre. Les deux illustrent à juste titre, le drame de toute info : la difficulté de distinguer le vrai du faux.   On nous dit que le Figaro, c'est de l'info alors que Gorafi, ce n'est qu'une parodie. C'est vite dit... d'où notre souci! Même si l'un est sérieux et l'autre facétieux. Ça reste litigieux. On n'est pas moins suspicieux.  

Le mal expliqué à ma fille

Que serait l'existence sans une petite dose de médisance? C'est l'évidence même. Les mauvaises langues ont rarement mauvaise conscience. Quel régal de mettre l'accent sur le mal. Pas besoin d'être pervers pour voir les autres de travers, d'occulter leur conformité et de pointer leur difformité. Dire du mal, ça fait du bien. Ça rend plus malin. Plus pertinent. Les défauts sautent aux yeux... les qualités, ça sonne creux !