terreur

Je suis Münster

Oui je suis Münster Et je me sens solidaire avec tous ceux qui refusent de se laisser faire. Non, je ne vais pas me taire, je ne cherche pas à plaire J'appelle hamster, un hamster Je sais encore distinguer la foudre du tonnerre Et oui, moi je suis pour interdire la folie, l'enrayer du pays.  

Le terrorisme expliqué à mon chien

Ce n'est plus un leurre, ce n'est plus une rumeur... c'est l'horreur... l'horreur provoqué par la terreur par ce qu'il est convenu d'appeler le terrorisme à caractère islamiste. Et ce sont ces éléments de langage qui font le plus de ravage. On veut éteindre le feu en mettant de l'huile sur le feu. On incrimine mais on n'élimine pas le crime.

Qui vaincra le terrorisme ?

Qui vaincra le terrorisme ? La police, l'armée ou la justice ? Quelle autorité ? Quel pouvoir, quelle puissance? L'obscurité ou la perversité ? La course est épuisante, les coureurs épuisés... Parce que l'ennemi est partout, l'ami, nulle part. L'ordre et la liberté ont de plus en plus de mal à se départager. Le sentiment d'insécurité l'emporte sur toutes les mesures de sécurité. On passe le plus clair de notre modernité À culpabiliser les innocents, à innocenter les coupables, À essayer de réparer l'irréparable, À consoler l'inconsolable Comme si le sens, le bon sens était mort.

FRANCE – GALE

Vous imaginez la peur, la stupeur, la terreur ? Ça va vite avec la rumeur : la France a la gale Pas la peste ni le choléra mais la gale... Qui lui vient de l'extérieur mais qui la ravage de l'intérieur À part quelques mesquins qui se frottent les mains Toute la population a envie de se gratter Dans un concert, dans un bal masqué ou sur la terrasse d'un café Ça démange, ça dérange surtout les étrangers Qui se sentent regardés, épiés, suspects... Parce que le mal est transmis, il n'est pas d'ici Il vient d'ailleurs... pour notre plus grand malheur