Tunisie

Tunis ou les sévices de l’opinion

Mariage à la Tunisienne

Lors de mon séjour en Tunisie, j'ai longuement appris sur la difficulté à réconcilier hier et aujourd'hui... être moderne sans abandonner la tradition pour ne pas avoir le moral en berne. Puiser dans le passé sans froisser l'avenir. S'ouvrir en s'abritant derrière le meilleur pour éviter le pire. Là-bas la religion est un fruit qui rend ivre : themra et khamra.

Tunisiens, Algériens, Marocains : Qui sont les Trolls ?

Que dit monsieur-le-mari-de-la-fille de celui qui a été chassé de son propre parti ? Je n'ai jamais retenu son petit nom mais seulement son grand mépris et l'étendue de sa méprise parce qu'il croit avoir tout compris. Ce n'est pas son mari, s'écrie Jean-Marie, mais le chien de garde de ma fille, le gros animal qui lui tient compagnie.

NOS INVASIONS BARBARES

Laissons de côté l'éthique de conviction pour mieux détricoter l'éthique de responsabilité... deux expressions que l'on doit à Max Weber. Les idées n'ont aucun impact si on oublie les actes.   Au lieu de dénoncer le mouvement migratoire et de l'assimiler à une invasion barbare. La leur ou la nôtre ? Il serait, je crois,  plus judicieux de rappeler les faits et les méfaits à la barre!

La déchéance de la rationalité

Les plus insensés prospèrent. Ce sont toutes sortes de folie qu'on libère pour nous rendre le monde un peu plus insaisissable. Pour gouverner le tout, on rend les parties ingouvernables. Le monde devient chaque jour un peu plus fou, un peu plus déraisonnable et de moins en moins gérable. Les syriens ne s'y retrouvent plus en Syrie, ni les libyens en Libye, ni les tunisiens en Tunisie.

Remaniement à la marocaine

Trois maroquins pour trois Marocaines prouvent qu'en matière d'assimilation, la France n'est pas à la traine, qu'il n'y a pas de gène qui tienne ou retienne, lorsque l'intelligence redevient souveraine. Trois femmes marocaines qui rappellent aux plus cruels que le nord de l'Afrique est plus proche de notre Europe que l'Europe du nord. C'est géographique mais c'est aussi historique. Le protectorat, la colonisation, les frictions ont révélé que même les plus durs parmi nous sont capables de bons sentiments. Cela peut faire grincer des dents déjà cariées mais certainement pas des dents

Le Maure de Barbès

Il paraît que les deux policiers qui ont tiré sur l'étranger sont en congé... de maladie... Des acouphènes et peut-être même une méchante migraine ont été occasionnées par cette mort soudaine... Ils ne s'y attendaient pas à ce genre de trépas... à l'heure du repas. Ils avaient peut-être même un petit creux, que leur devoir accompli a bien rempli d'autant plus que le sens de la République donne de l'appétit. À part une langue de vipère, qui oserait leur jeter la pierre ? Les dés sont jetés, on n'a plus aucune chance de tirer les choses au clair.

On ne valse pas avec l’islam

La colombe dit : pas d'amalgame, s'il vous plaît, entre un islamiste et un musulman.L'un est terroriste, l'autre est terrorisé. C'est terrible, la terreur... La peur de la peur qui prend l'effet pour la cause, et la chose pour une psychose. La vipère répond : halte à la mauvaise foi. C'est l'islam qui est derrière tout cela. C'est parce qu'il est conquérant qu'il a des criminels dans ses rangs. C'est dans son essence même, il nous fait violence pour imposer son existence.

GREXIT

Des galères, encore des galères, toujours des galères... Rien à faire. On n'arrive pas à s'y faire ! C'est dans l'air, la vie a du mal à nous satisfaire. On réalise, on comptabilise plus de défaites que de fêtes. Homme où est ta victoire ? Rare ou nulle part Pas la peine de se reraconter l'histoire... La légende n'est pas dorée, elle est noire ! Nous avons tous plus ou moins du mal à vivre. La fin manque à ceux qui ont les moyens. Et les moyens manquent à ceux qui ont la fin. La messe est dite. La Grèce n'est que le reflet de notre déficit à tous. Sommes-nous tous galériens ?

MARHABA

"Jiboulou khâwa sil béji" Servez un café au caïd offert par Al Quaïda ! Un caïd qui n'a jamais été un caïd,il a été élu démocratiquement. Un guide qui attend la fin du mois de Ramadan pour fêter l'Aïd à l'image des hommes politiques qui sont de moins en moins à la hauteur de l'évènement et qui assistent impuissants à la montée des envies totalitaires et à la descente de nos vies en enfer, sans vraiment s'en faire ni être défaits. Un café pour Monsieur le Président Beji Caïd Essebsi...

Chems Bond 000

Dans ce premier numéro d'une nouvelle série intitulée "humour noir" Je vous souhaite la bienvenue, à vous, et à notre invitée-surprise, Chems Bond qui vous rappelle sans doute quelqu'un et dont le nom de code est triple zéro : zéro, zéro, zéro. Personne : Chems Bond, vous êtes ce qu'on appelle l'égérie auto-désignée des trois anciennes colonies de la France au Maghreb : Tunisie, Algérie, Maroc. Pouvez-vous nous dire en trois mots la raison de votre combat ? Chems : - Vous les avez floué, ne vous étonnez donc pas d'assister au retour du floué

Les rafles voilées

L’Histoire est propagande. Les vainqueurs écrivent leurs légendes et les vaincus s’y soumettent. Des axes et des cycles balisés de lumières savantes canonisant toujours plus les pouvoirs en place. La moindre révision demeure délicate au point de devenir prohibée si elle dévoile l’embryon d’une imposture. La raison du plus fort est ainsi faite. Elle sacralise un passé pour mieux dominer le présent.

Tunisie : les 20 marches

Je ne pleure pas, je t'implore De ne pas succomber devant l'ironie du sort. Tu t'en souviens. Peut-être encore Que quand on est fort On est plus fort que la mort Et quand on est plus fort que la mort Il n'y a pas plus fort que soi Tu t'en souviens. Peut-être encore De la venue de Bourguiba De la fin du protectorat De Ben Youssef, de son assassinat De la politique des étapes vers le bas De Ben Salah De la difficulté de mener le bon combat La Tunisie cède mais ne rompt pas Elle résiste aux aléas. Tu t'en souviens. Peut-être encore Du 7 novembre, du coup d'état De Ben Ali, des Trabelsi, de Leïla

Hillary Faced Black Flags, Anti-US Chants in Tunisia

Black flags, demos and %u201Cgo away%u201D chants was what the US foreign minister faced on Thursday March 17 2011 during her visit to Tunisia. The International media did not pick up and reveal the news about Hillary%u2019s visit and how the Tunisian journalist shouted at the minister%u2019s security and forced them to retreat from their abusive and arbitrary security checks, such as searches with dogs, which were seen by the Tunisian journalists an insult to their homeland Tunisia.