tyran

Donald et Vladimir

 
Trump n'a rien de Bush. Ce n'est pas une marionnette mais un marionnettiste. Ce n'est pas un politique mais un artiste jusqu'au-boutiste. Poutine n'a rien d'Eltsine. Ce n'est pas un héritier mais un fin limier. Il connaît tous les manèges. C'est un stratège. Les États-Unis pour l'un, les États réunis pour l'autre. Qu'ont-ils en commun ? Sinon la radicalité comme seul et unique bien.

Les amants du néant

Je vais en surprendre plus d'un, en relatant la vie de ceux qui défient la mort et font fi de la vie d'autrui. Ils ne s'estiment ni lâches, ni courageux, mais téméraires, sans recul et sans scrupules, plus extrêmes que les extrêmes, avec les autres et avec eux-mêmes. Ils vivent par défaut, ils meurent par excès. Par excès de dégoût. Pour eux, c'est la vie qui n'a pas de sens. La mort en a un à leurs yeux. Elle met fin à leur calvaire et à leur univers sans sel, et qui ne peut, ni ne doit être conservé en tant que tel... sans rien d'universel.

Dialogue avec un réfugié

(le téléphone noir sonne l'heure) Personne : Allo... vous êtes toujours là ? Le réfugié : oui toujours là Personne : Marhàbà Le réfugié : merci... je vous dois à vous et à tous ceux qui sont comme vous, une fière chandelle... même si je n'ai pas encore réussi à obtenir mon statut de réfugié, je me sens presque libre! Personne: vous parlez encore mieux que moi le français, où l'avez-vous appris ? Le réfugié : on avait des écoles enviées par le monde entier avant que ne s'installe le merdier ! Personne : vous voulez dire que c'est encore plus dur pour vous autres chrétiens?

Peut-on fuir le pouvoir ?

Il n’y a que deux moyens pour assujettir le peuple : le contraindre ou le tromper. La contrainte abuse toujours de sa violence. Elle franchit donc à terme la limite et finit par réveiller en nous des instincts de contestation capables de freiner l’efflorescence de son pouvoir. La duperie jouit de l’invisibilité de pouvoirs plus efficaces: ceux que le marché polit méthodiquement pour mieux prospérer.