visage

Jaune pour l’outrage !

L’homme de ma vie avait un certain âge. Il m’a délaissé et laissé comme seul héritage : une cage. Il n’a jamais supporté de me voir sage comme une image. Il voulait m’enrager… me communiquer sa rage. Il a dégagé pour que je m’engage. Poétiquement, politiquement, comme une enfant sauvage qui signe avec son sang au bas de chaque page. Qui ne conçoit pas la vie autrement que comme un mirage… Il était comment dire ? Volage… Il excellait dans les virages et ne craignait pas les dérapages.

Pourquoi Dieu ?

Pourquoi Dieu ? À cause de son nom, on me traite de tous les noms. On me maltraite. Parce que j'en parle un peu trop souvent, comme d'un élément omniprésent. On me remet en question en chargeant mes propos de prosélytisme, de fidéisme... d'islamisme. Parce que j'ai eu le malheur de chercher l'auteur... Ou comme on disait jadis : le souverain bien. Le meilleur... l'aiguillon majeur. Pourquoi Dieu ? La question est sans pourquoi Parce que la réponse ne concerne que lui, que moi. Mais je ne vais pas l'éluder pour autant... Par Dieu, je vais vous dire ce que j'entends :