volonté

L’Algérie sur ses gardes

Quand on frappe un peu fort à une porte, on vous ouvre tout de suite, non pour vous faire entrer mais pour vous empêcher de casser la porte. Cette ouverture n'est pas une caution mais une mesure de précaution du régime pour s'éloigner de l'abîme. Pour l'Algérie, il ne faut surtout pas baisser la garde parce que son armée

Qui a parlé de suicide algérien?

  J'ai un frangin un peu fratricide qui lit tous mes bulletins de santé mentale, qui m'a dit ce matin... que si j'étais vraiment quelqu'un de bien, je ne me rendrais pas complice de ce suicide algérien... je lui ai fait une réponse à la Woody Allen en lui disant :

Tous camés, tous cramés !

Augmenter la dose, rapprocher les prises... Jusqu'à l'extinction de l'âme... C'est mon drame. La dose de nicotine, la dose d'alcool, la dose d'opium...ça m'épate, ça m'éclate...cette vie qui se déchire, qui renonce au meilleur et se prononce pour le pire.

La collision des signes

Nous ne sommes plus sous-informés. Nous sommes plutôt surinformés. Les signifiés fusent. Les signifiants diffusent l'information. N'importe quelle information, de toute provenance et pour toute destination. Tout est désormais lié, tout a un lien avec tout, avec rien. Et cette profusion des signes ne va malheureusement pas sans confusion entre les lignes.

Black aime l’islam

Il paraît que Black M ne vous aime pas. Encore un français qui ne se sent pas français. Mais c'est de plus en plus familier en France, de se sentir étranger. Parce que, nous dit-on, la France ne supporte plus l'offense. On l'acquitte ou on la quitte. L'ingratitude est désormais sanctionnée : on crève l'œil de celui qui n'honore pas sa terre d'accueil. L'Amour n'est plus un pouvoir mais un devoir pour tous les accusés de réception. Que dit la chanson incriminée, de criminel ? Que la France est un pays de koufars... Le mot signifie tour à tour, renégats, blasphémateurs ou mécréants.

1 heureux : la consultation

Tu n'as pas de fortune. Aucune Ni de l'or qui brille, ni de l'argent qui scintille Et ton destin ressemble à un chien dans un jeu de quilles. Et comment tu expliques cette déficience matérielle et immatérielle? - Par un manque de chance Peut-être bien que oui... peut-être bien que non Mais je reconnais cependant Que ça doit être détestable, de ne pas voir, ni avoir d'issue favorable. Avoir ou ne pas avoir : à force de te reposer la question Tu as fini par te faire avoir... Noir c'est noir ! Tu ne te trouves pas belle, non plus...

Vous l’avez voulu !

Je hais Nietzsche mais je ne supporte pas une autre philosophie... une autre folie que la sienne. Quand on comprend ce que je crois avoir compris, on se méfie de ceux qui ont ou font de l'esprit... Qu'est-ce que j'ai compris ? Que rien n'est réfléchi, tout est ressenti. Que c'est la vie... la vie qui exprime en moi son avis. Et qu'est-ce que j'ai ressenti ? Quelque chose et moi... quelque chose qui me ramène à moi... Ce n'est ni un sentiment, ni un ressentiment... Mais une émotion si vivre et si intense qui s'apparente à une passion.

Le pouvoir de l’ivresse

Quand on veut se délivrer d'une insupportable pression, on a besoin de haschisch... dit Nietzsche qui usait et abusait de Wagner pour s'envoyer en l'air. Eh bien ! Moi j'ai besoin de Nietzsche et de Baudelaire parce que j'estime que la sagesse importe moins que l'ivresse. Car, sans l'ivresse, nous confesse Nietzsche, il n'y a point de sagesse possible. Il faut donc sauver toutes les espèces d'ivresses... qui ont une puissance d'art, qui font de l'art en puissance. Avant tout, dit Nietzsche l'ivresse de l'excitation sexuelle, la forme la plus ancienne et la plus primitive de l'ivresse.

La morale des héros

Au début je pouvais pas me rendre compte, je n’étais qu’un enfant. Ici était le centre du monde, son essence, sa raison ! On a hérité des Lumières il paraît ! Moi j’ai surtout connu celles de la télé. Quant à l’aube, à peine sorti du sommeil qui répare, je sautais de mon lit tout excité pour rejoindre les méandres du canapé, emmitouflé dans ma couette biensûr.

Rien ne se dé…cide…cide…cide

Rien ne se dé... cide...cide...cide. Pour un homme d'être un homme, pour une femme d'être une femme... pas d'autre chemin que celui du destin... et il est liberticide. Vous avez promis d'être fidèle et de ne pas faillir à votre promesse mais une beauté plus belle a compromis votre altesse. Vous l'avez compris : il ne faut jamais jurer de rien... et pour commencer : jamais dire jamais. Vous vouliez refaire le monde mais le monde ne s'est pas laissé faire. Pire, il vous a défait, appris la défaite.